Posts Tagged ‘No Limit’

Les règles du Omaha

L’Omaha Poker est une variante du poker a cartes communes, comportant, comme le Texas hold’em 5 cartes communes, mais 4 cartes fermées chez chaque joueur.

les Règles

* Chaque joueur reçoit, avant le Flop, 4 cartes.

* A lieu ensuite un premier tour d’enchère classique.

* La personne qui distribue dévoile, comme au Texas Hold’em le flop.

* A lieu un deuxième tour d’enchère.

* La personne qui distribue dévoile, alors le tournant.

* A lieu un troisième tour d’enchère.

* La personne qui distribue dévoile, alors la Rivière.

* A lieu alors un quatrième et dernier tour d’enchère.

* Chaque joueur encore en jeu doit constituer la meilleure combinaison de 5 cartes, en utilisant exactement 2 cartes de sa main et exactement 3 cartes du tableau.

* C’est l’abattage.

La Structure des mises

Les tours de mise se déroulent comme au Texas hold’em. Le Omaha (Aussi dit Omaha High) se pratique soit en limites fixes soit en pot limit, le no limit étant plutôt rare, du fait qu’il diminue énormément l’intérêt technique de la variante. Stratégie

En Omaha High, vous tirez des combinaisons plus puissantes qu’en texas hold’em. Une double paire, ou un brelan faible ont une valeur plutôt moyenne. Le but est d’approcher le plus possible des nuts c’est-à-dire d’avoir la main la plus puissante possible à la river.

Si vous jouez des combinaisons intermédiaires comme des quintes par le bas, des couleur non max, ou encore des couleurs alors qu’il y a possibilité de full (paire sur le board), vous serez battu régulièrement.

Ce jeu nécessite de jouer très serré, en commençant par sélectionner scrupuleusement sa main de départ. Votre main de départ doit vous permettre de faire une couleur (2 cartes de la même couleur avec un As ou un Roi), un full (une paire), une suite (des cartes fortes qui se suivent). La main citée en exemple plus haut est une bonne main de départ car elle permet des tirages multiples.

Les mains de départ à éviter sont les mains comportant 3 cartes identiques, 4 couleurs différentes, des cartes qui ne sont pas en relation entre elles c’est-à-dire trop distantes pour couvrir un tirage suite. À jeter sans réfléchir.

À voir aussi le Omaha High/Low, qui permet de jouer simultanément les mains les plus fortes et les mains les plus faibles dans le même coup. Le pot est alors divisé entre les gagnants suivant le niveau de leurs jeux high max et low max au showdown. Variante

Il existe plusieurs variantes de Omaha classique; le Omaha 5, un classique des cercles parisien se joue à l’identique, sauf que vous avez 5 cartes privatives au lieu de 4.

L’Omaha est donc également joué dans sa variante Hi-lo, très communément en limit ou Pot limit. Comprendre le fait que maitriser l’omaha hi-lo est une obligations aux tout meilleurs joueurs de poker du monde du fait de sa présence dans la rotation des 5 variantes du H.O.R.S.E. (Hold’em, Omaha hi-lo, razz, stud, stud hi-lo).

Les règles du Texas hold ’em

Le Texas hold ’em (littéralement : « Texas – Retiens les ») est la variante du poker actuellement la plus jouée et la plus connue, notamment dans sa forme no-limit utilisée au cours de l’épreuve principale des World Series of Poker (WSOP).  Il se joue à partir de 2 joueurs Heads-Up (face à face) jusqu’a 10 joueurs Full Ring (table complète).

Le but est de remporter les jetons des autres joueurs en ayant la meilleure main ou en faisant « se coucher » les autres joueurs. Les règles du Texas Hold’em sont faciles à comprendre, mais ne rendent pas le jeu plus simple pour autant.

Le poker étant originaire des États-Unis, le jargon technique utilisé au cours du jeu est généralement en anglais, même en France ; on assiste aussi à un mélange des deux langues (franglais) ou même une francisation des termes anglais.

* Avant la distribution des cartes, les deux joueurs à la gauche du donneur doivent s’acquitter des blinds. Le joueur placé directement à gauche du donneur paie la petite blind et son voisin de gauche la grande.

* Le joueur qui a le jeton du donneur (dealer en anglais), appelé aussi le bouton, distribue les cartes, sauf en présence d’un croupier, qui se charge alors de l’opération ; mais celui qui a le bouton est tout de même appelé « donneur ». La distribution se fait en deux tours horaires : chaque fois, une carte est donnée face cachée à chaque joueur, en partant du small blind. À la fin de la donne, les joueurs ont donc deux cartes, dont eux seuls ont connaissance. Le joueur a la responsabilité de protéger ses cartes, notamment lorsqu’il prend connaissance de son jeu. Ces deux cartes, les seules que le joueur recevra individuellement, ne seront éventuellement dévoilées qu’au moment de l’abattage (showdown en anglais).

* Quand tous les joueurs ont pris connaissance de leur jeu, commence un tour de mise pré-flop qui débute par le joueur à la gauche de la grosse blind, appelé UTG (Underthegun) et continue dans le sens horaire.

* Après le premier tour de mise, le donneur « brûle » une carte face cachée puis étale le flop : trois cartes sont retournées faces visibles ; ces cartes sont communes à tous les joueurs. Combinées avec les deux cartes « privées » que chaque joueur tient cachées, elles serviront à la constitution des mains. L’ensemble des cartes communes posées sur la table constitue le tableau (« board en anglais »).

* Nouveau tour de mises. Le joueur à la gauche du donneur commence à miser. Il en sera de même pour tous les tours de mises suivants.

* Le donneur brûle une carte et en retourne une nouvelle au centre : le tournant (« the turn » en anglais) ou encore fourth street qui servira aussi dans les combinaisons de chaque joueur.

* Nouveau tour de mises

* Le donneur brûle une dernière carte et en retourne une cinquième et dernière au centre : the river (« la rivière ») ou encore fifth street.

* Dernier tour de mises

* L’abattage (ou showdown en anglais): les mains des joueurs encore en jeu s’affrontent.

* Chaque joueur présente une main de cinq cartes choisies parmi ses deux cartes privées et les cinq cartes du tableau. Il faut souligner que le joueur peut inclure dans sa combinaison de cinq cartes ses deux cartes privées, ou une seule, ou même aucune s’il le désire (par exemple, lorsque la combinaison des cinq cartes du tableau est la meilleure qu’il puisse obtenir). Le joueur ayant la meilleure main emporte le pot. En cas d’égalité, celui-ci est partagé.

* Le donneur passe alors le bouton au joueur à sa gauche, celui qui était donc de petite blind, un nouveau coup peut alors commencer.

Cas particulier du face à face

En face à face, le fonctionnement est le même que celui exposé ci-dessus, sauf pour la disposition des blinds : le donneur se retrouve petite blind (et non grosse blind).

En effet l’un des objectifs des blinds est d’éviter que, lors d’un coup donné, un même joueur soit le premier à parler au début de chaque phase d’enchère. Or, si la disposition des blinds n’était pas modifiée pour le face à face, l’adversaire du donneur (qui serait alors « petite blind ») parlerait en premier à chaque phase d’enchère d’un même coup. À deux joueurs, grâce à la permutation des blinds, le donneur étant petite blind, il sera le premier à s’exprimer au premier tour d’enchère, puis son adversaire entamera les trois autres phases d’enchère (après le flop, le tournant et la rivière). Structure des enchères

Il existe quatre structures d’enchères jouable au Texas Hold’em : Limit (souvent rencontré en cash game), No-Limit (les tournois l’utilisent souvent pour accélérer l’élimination des joueurs), Pot Limit et parfois Half-Pot Limit. Bluff

Le bluff vise à faire croire à un adversaire que le joueur qui bluffe possède la meilleure main. Pour cela, il lui faut deviner que son adversaire ne la possède pas lui-même. L’objectif est de forcer son adversaire à se « coucher ». Il existe 2 sortes de bluff : le semi-bluff et le bluff pur. Le semi-bluff

Le semi-bluff consiste à faire croire que la main est faite, ce qui n’est pas le cas, avec un tirage à venir possible.

  • Exemple de semi-bluff :

* main : 10 coeur  9 pique

* Le Flop : 8  trêfle  7 carreau  K pique Dans cet exemple, le joueur peut espérer réaliser une quinte en obtenant un 6 ou un Valet. Le semi-bluff consiste ici à faire coucher l’adversaire en misant très fort, parce que le jeu n’est pas fait, mais s’il suit il y a une chance que les coups suivants amènent la quinte recherchée avec un pot conséquent. Cependant l’objectif principal du semi-bluff est de faire passer l’adversaire avant tout.

  • Le bluff pur


Le bluff pur est une technique risquée; elle ne peut fonctionner que si deux facteurs sont réunis : la cohérence du bluff et la propension de l’adversaire à passer. Un bluff est une histoire racontée à l’adversaire : de pré-flop à la rivière, le bluff doit être cohérent. Cependant il est préférable d’arrêter et de passer la main quand l’adversaire semble détenir une main meilleure. L’abattage

L’abattage (showdown en anglais), qui a lieu après le dernier tour de mise qui suit la River si au moins deux joueurs sont encore en jeu. À l’abattage, sont comparées les mains que peuvent former les joueurs avec les sept cartes dont ils disposent : les deux cartes privées, plus les cinq cartes du tableau. Un joueur peut utiliser ses deux cartes privées, une seule ou bien aucune pour avoir la meilleure main de cinq cartes. Si les cinq cartes du tableau (board en anglais) représentent la meilleure main d’un joueur, on dit qu’il « joue le tableau ».

Si les mains des joueurs sont identiques, le pot est alors séparé également entre eux (s’il n’y a pas de side pot ). Toutefois il faut tenir compte de la carte de départage (kicker en anglais) pour classer les mains quand celle-ci n’est pas présente dans le tableau (voir le paragraphe des exemples).

Pour les comparaisons des mains au poker voir :

La meilleure main théoriquement possible formée avec les cinq cartes du tableau est appelée the nuts ou nut hand. Exemples de mains

Le classement des mains du Texas Hold’em est le classement standard du poker.

Au Texas Hold’em, tous les joueurs commencent avec deux cartes en main, ce qui donne un nombre total de mains possibles au départ limité; au fil du temps, les joueurs de poker ont donné à certaines d’entre elles des noms rappelant un évènement durant lequel ces mains avaient été utilisées.

Les règles du Deuce to Seven

Le Deuce to Seven ou Deuce to Seven Triple Draw est un poker fermé à 5 cartes joué en Low, c’est-à-dire que le but du jeu est de réaliser la combinaison la plus basse possible. Il y a, soit deux tours d’enchères et un tirage (Deuce to Seven Single Draw), soit quatre tours d’enchères et trois tirages (Deuce to Seven Triple Draw).

Après chaque tour d’enchère, les joueurs décident de changer entre 0 et 5 cartes. En Triple Draw, après le troisième et dernier tirage, a lieu un dernier tour d’enchères. Un bouton détermine l’ordre des enchères et des changements de cartes. Le Deuce to Seven se joue en Limit ou No Limit, tandis que le Deuce to Seven Triple Draw se joue majoritairement en Limit dû aux 4 tours d’enchères. On peut cependant le jouer en No Limit ou Pot Limit.

La donne au Deuce to Seven Triple Draw

Le Deuce to Seven Triple Draw ne comprend que 6 joueurs au maximum, dû au grand nombre de carte qui peut être distribué. Comme dans le hold’em, on utilise un bouton pour signaler le donneur. Le joueur assis à gauche du bouton poste un petit blind et le joueur qui est à sa gauche poste le surblind (double du Small Blind). Chaque joueur reçoit cinq cartes, puis a lieu le premier tour d’enchères. C’est le joueur assis à gauche du surblind qui l’inaugure. Chaque joueur à son tour va décider de passer, suivre ou relancer.

Après le premier tour d’enchères, les joueurs qui n’ont pas passé peuvent changer leurs cartes. Les joueurs peuvent changer entre 0 et 5 cartes, chacun à leur tour, en commençant par celui qui est le plus près du bouton.

Quand chaque joueur a déposé les cartes qu’il veut remplacer, le donneur donne le même nombre de nouvelles cartes à chaque joueur l’un après l’autre. Quand la donne est terminée, commence un deuxième tour d’enchères. Puis les joueurs peuvent faire un nouveau tour de change de cartes, suivant la même procédure. Puis les joueurs procèdent à un troisième tour d’enchères, suivi par un troisième tour de change de cartes, et enfin par un quatrième tour d’enchères qui clôt le coup.

Que se passe-t-il s’il n’y a pas assez de cartes pour tout le monde ?

Il peut arriver qu’il n’y ait plus assez de cartes pour terminer un tour de donne. Quand c’est le cas, les cartes jetées sont mélangées et le tirage est complété à partir de ce nouveau talon. Ce nouveau talon exclut les cartes jetées pendant le tour de donne en cours.

Par exemple, le joueur 1 demande 3 cartes, le joueur 2 demande 2 cartes et le joueur 3 demande une carte. Le donneur distribue 3 cartes au joueur 1 et une carte au joueur 2. Il ne peut pas faire plus car il n’a plus de cartes en main. Donc il rassemble les cartes jetées qu’il a devant lui, les mélange et complète le tour de donne, en donnant une carte au joueur 2 et une carte au joueur 3. Mais il n’inclut pas dans ce nouveau talon les cartes du joueur 2 ni du joueur 3, donc ceux-ci n’ont aucune chance de recevoir une carte qu’ils ont jetée pendant ce tour de donne.

Le jeu se joue aussi fréquemment avec un seul tirage ; ainsi, la sélection des mains est beaucoup plus sélective. Ordre des combinaisons

Dans le Deuce to Seven Triple Draw, les joueurs tentent de faire la combinaison de 5 cartes la plus basse possible. Les As ne jouent que pour le haut et les quintes et couleurs comptent. Autrement dit, la meilleure main est 7-5-4-3-2 avec au moins deux familles (d’où le nom de « Deuce to seven » qui signifie « deux à sept »). La main 6-5-4-3-2 est une quinte, donc une main trop forte pour avoir la chance de gagner une main basse. Elle est même moins bonne que la main A-K-Q-J-9.

La main-reine 7-5-4-3-2 est appelée la « roue » ou « the wheel ». La main suivante est 7-6-4-3-2, et la troisième est 7-6-5-3-2.

Comme les As jouent en haut, la main 5-4-3-2-A n’est pas une quinte mais un As (la meilleure main possible avec un As). Mais elle est battue par K-5-4-3-2, qui vaut un Roi (le meilleur Roi possible). La main composée de A-K-Q-J-9 est la moins bonne des mains sans paire. A contrario, la main 5-4-3-2-2 est la meilleure des mains contenant une paire. Les brelans sont battus par les paires. Les quintes sont battues par les brelans. Les couleurs sont battues par les quintes. Et les fulls sont battus par les couleurs. Dans ce poker là, la pire main que vous puissiez avoir est la quinte royale ! Les combinaisons sont inversées par rapport à la hiérarchie habituelle.

Dans sa variante qu’est le Ace-5 triple draw, la meilleure main possible est A,2,3,4,5, (wheel en anglais, roue ou quinte blanche en français) les quintes et couleurs ici ne comptent pas. Conseil

Pour connaître la valeur de votre main, lisez vos cartes comme un nombre : ainsi 10-5-4-3-2, considérez que votre main vaut 105 432, et donc vous êtes battu par 9-8-7-5-4 !

Structure d’enchères

Le Deuce to Seven utilise la même structure d’enchères que le hold’em. Pendant les quatre tours d’enchères, la limite est fixe, mais elle double à partir du troisième tour. Par exemple, dans la partie à $10/$20, les deux premiers tours d’enchères s’incrémentent 10 par 10 et les deux suivants s’incrémentent 20 par 20, au gré des ouvertures, relances et sur-relances.

Design by JB